Vivre à crédit : mal du siècle ou moteur économique ? Leçons économiques balzaciennes

Vivre à crédit : mal du siècle ou moteur économique ? Leçons économiques balzaciennes

Café Art Littérature

60 min.

À force de considérer Balzac comme le « romancier de l’argent », on ignore la place immense que tient le crédit dans son œuvre. La Comédie humaine repose pourtant sur un écheveau de dettes et de créances – personnelles ou collectives, entrepreneuriales ou publiques – dont la densité est telle qu’il est bien peu de personnages ou de romans qui n’en dépendent étroitement. Sans doute l’auteur ne recule-t-il pas devant le pittoresque affrontement du créancier et du débiteur. Il se plaît, bien sûr, à multiplier les engagements fiduciaires, conjointement financiers et moraux, et à attacher par le « licou de la dette » la plupart de ses protagonistes en utilisant le crédit comme un déterminisme romanesque aussi puissant que rocambolesque. Mais cette omniprésence de la créance ne relève nullement de la seule fantaisie romanesque. Elle traduit un fait d’époque dont toute la littérature rend alors compte. Faute d’argent liquide, c’est toute la première moitié du XIXe siècle qui vit à crédit et qui vit d’un crédit à la fois malédiction et puissant outil d’investissement. Là réside la modernité d’un Balzac qui, s’il décrit un système économico-financier en grande partie révolu, nous révèle des mécanismes psychologiques et des rapports subjectifs à l’argent dont l’économie contemporaine est toujours tributaire.

Avec

alexandre péraud

Alexandre Péraud

Alexandre Péraud est maître de conférences en littérature française et diplômé de sciences politiques. Spécialiste de la littérature romanesque réaliste du premier XIXe siècle, ses recherches portent sur la manière dont la littérature traduit et intègre les formations discursives en faisant une place toute particulière à la finance et à l’économie notamment aux XIX et XXe siècles. Il a publié Le crédit dans la poétique balzacienne (Garnier, 2012), La comédie (in)humaine de l’argent (Le Bord de l’eau, 2013) et a édité en Folio-Gallimard Gobseck et autres récits d’argent (2019).

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme