Senso

"Senso" de Luchino Visconti

Senso

Luchino Visconti

1954

115 min.

VOST

Bande annonce

En 1866, alors que Venise lutte contre l’Autriche. La nature ardente de Livia, épouse du comte Serpieri et patriote convaincue, la pousse dans les bras du lieutenant autrichien Franz Malher…

 

« C'est un film d'histoire que je voulais faire ; un film sur le Risorgimento, sur le fait que l'unité a été faite en dépit de l'incapacité italienne à la réaliser. » Cette profession de foi, évidemment signée Visconti, recentre un peu la perception de Senso. La relation passionnelle entre la comtesse Livia Serpieri et le lieutenant Franz Mahler a fréquemment éclipsé, en effet, « l’arrière-plan » historique qui est, en réalité, le vrai sujet d’élection du cinéaste. Et il s’y intéressait tellement qu’il le complètera dix ans plus tard avec son Guépard, situé sensiblement à la même période.

Le Risorgimento a pour les Italiens une importance comparable à notre Révolution française. Période fondamentale (et même fondatrice) donc, à laquelle est attachée une geste héroïque dont Visconti, globalement, questionne le bien-fondé.

L’action de Senso est ramassée sur un mois, du 27 mai 1866 au lendemain de la bataille de Custozza, le 24 juin. Elle intervient à la fin de la période troublée qui s’étend de 1830 à 1870 et qui voit l’Italie gagner son unité et indépendance. L’objectif du mouvement révolutionnaire qui se développe alors, soutenu par une large majorité de la population, est triple : la recherche de l’unité nationale ; l’application de véritables libertés constitutionnelles ; l’indépendance : la Lombardie et la Vénétie, par exemple sont, encore occupéees par l’Autriche au XIXe siècle.

Après une première guerre de Libération qui se solde par un échec (1848/49), une seconde campagne menée en 1859 aboutit cette fois à la formation du Royaume d’Italie du Nord, avec à sa tête Victor-Emmanuel, roi de Piémont-Sardaigne. Cet État aux dimensions encore modestes devient le Royaume d’Italie suite au rattachement du Sud du pays. Mais le destin de l’Italie, en réalité, est partiellement suspendu aux conflits d’intérêts dans lesquels ses deux puissants voisins, l’Allemagne (où les Prussiens combattent les Autrichiens) et la France de Napoléon III, sont partie prenante.

Visconti voulait initialement baptiser son film Custozza, du nom de la bataille qui occupe une (petite) partie du film et verra les Autrichiens défaire les partisans italiens. Refus de la censure, qui pèsera de plusieurs manières sur le destin de Senso et va contraindre Visconti à tourner la fin que nous connaissons (l’exécution de Mahler).

Livia et Franz prennent progressivement conscience qu’ils sont les jouets de forces qui les dépassent : même si Livia est amenée à trahir sa cause et son pays par amour, l’emprise qu’elle a sur son destin est limitée – d’autant plus limitée, c’est ce que nous dit le film, qu’elle est une femme. Placé sous l’égide du déterminisme tragique de l’opéra qui ouvre le film (il s’agit d’une représentation du Trouvère de Verdi), Senso fusionne geste esthétique, drame passionnel et réflexion sur l’histoire. C’est aussi la source d’un malentendu dont ses admirateurs de la première heure feront grief au cinéaste, qui se détachait du vérisme de La Terre tremble, pour y revenir néanmoins dans Rocco et ses frères : il fallait qu’à l’image de son héroïne il soit, lui aussi, « un traître à la cause ».

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Luchino Visconti

Année

1954

Durée

115 minutes

Date Sortie française

Vendredi 3 février 1956

Auteur(s) / Scénario

Suso Cecchi D'Amico, Luchino Visconti, avec la collaboration de Giorgio Prosperi, Giorgio Bassani, Carlo Alianello, et Tennessee Williams et Paul Bowles pour les dialogues

Format de diffusion

DCP

Thématiques abordées par le film
Italie
Détails

Interprètes

Alida Valli (la comtesse Livia Serpieri), Farley Granger (le lieutenant Franz Mahler), Massimo Girotti (le marquis Roberto Ussoni), Rina Morelli (Laura), Marcella Mariani (Clara)…

D'après

D'après Camilo Boito

Direction photographie

Aldo Graziati, Robert Krasker

Montage

Mario Serandrei

Couleur

Couleur

Distributeur

Tamasa Distribution

Musique

Giuseppe Verdi, Anton Bruckner

Son

Vittorio Trentino

Costumes

Marcel Escoffier, Piero Tosi

Décors

Ottavio Scotti

Producteur(trice)

Domenico Forges Davanzati

Pays

Italie

Critiques

 

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme