Master and Commander. De l'autre côté du monde

Master and Commander. De l'autre côté du monde

Master and Commander. De l'autre côté du monde

Master & Commander : The Far Side of the World

Peter Weir

2003

138 min.

VOSTF

Bande annonce

1805. Une frégate de la Royal Navy, la Surprise, croise au large du Brésil. Elle est commandée par le capitaine Jack Aubrey. Le bateau est attaqué par le navire corsaire français Achéron, supérieur en armement. La Surprise est durement touchée : un grand nombre de matelots sont tués, le gouvernail ne répond plus, et une voie d'eau s'est déclarée. Mais en dépit de l'état de la Surprise, Aubrey choisit de donner la chasse à l'ennemi…

Un auteur mystérieux.Patrick OBrian écrivait pour ainsi dire depuis toujours. Exploit remarquable, il avait achevé la composition de son premier roman à l’âge de quinze ans. Mais ce nest quau seuil du grand âge que le succès vint récompenser cet Anglais qui avait travaillé à la British Library, avait été brancardier durant la Seconde Guerre mondiale, avant dintégrer pour quelques années la filière du renseignement[1]. À partir de 1949, il s’était installé avec sa seconde femme à Collioure où ils vivront jusqu’à la mort de celle-ci, en 1998, alternant biographies (celle quil a consacrée à Picasso est une référence), traductions du français vers langlais (citons la biographie du Général de Gaulle par Jean Lacouture) et ses propres œuvres, dont plusieurs pour la jeunesse.

Et puis le destin (littéraire) s’était manifesté sous la forme dune commande de son éditeur à la fin des années 1960 : les lecteurs britanniques étaient orphelins des romans navals de C.S. Forrester[2], disparu depuis peu. OBrian pouvait-il sessayer au genre ? Jusqu’à sa disparition, OBrian donnera à la « saga Aubrey-Maturin », du nom du capitaine de vaisseau Jack Aubrey et du médecin Stephen Maturin, pas moins de vingt romans caractérisés par le sérieux de la documentation, la précision teintée daustérité dun langage naval parfaitement maîtrisé et un sens de lhumour sous-jacent qui imprègne les multiples aventures des deux comparses durant les guerres napoléoniennes. Un succès destime en Angleterre ne permit pas de convaincre – dans un premier temps – le lectorat américain. Mais une réédition des premiers volumes au début des années 1990 changea la donne du tout au tout. Soudain, Patrick OBrian se mit à écouler des millions dexemplaires de chacun de ses romans maritimes… Jusqu’à sa disparition en 2000, alors quun 21e opus était en voie dachèvement.

Fidélite et trahisonFasciné par les romans dOBrian, le producteur Tom Rothman met en chantier Master and Commanderau début des années 2000. Bien que le titre fasse référence au premier volume de la saga Aubrey-Maturin, le sous-titre du film (« The Far Side of the World ») sinspire en fait lointainement du dixième opus de la série. Par ailleurs, laction de celui-ci se déroulait durant la guerre de 1812 entre lAngleterre et les États-Unis. Craignant de saliéner le public américain, Rothman transporte laction en 1805 et oppose au vaisseau HMS SurprisedAubrey le vaisseau français Acheron! Plus largement, le film combine des éléments issus de treize des romans de la série. Après Gladiator(Ridley Scott, 1999), lAustralien Russell Crowe est désormais une star susceptible de favoriser le succès de lentreprise et la mise en chantier dune franchise. Mais le beau film de Peter Weir, sil rentre dans ses frais, nattire pas assez de spectateurs pour revendiquer une sequel. Sa tonalité sombre, épique et « sérieuse » (alors que triomphe sur les écrans le premier volet, nettement plus débridé, de Pirates des caraïbes) ne pouvait prétendre à la fortune de son modèle littéraire.

 

[1]                     Faut-il y déceler un indice de son goût du secret ? O’Brian, de son vrai nom Richard Patrick Russ, avait changé d’identité dans des conditions restées mal définies. Sa véritable identité et l’existence d’un premier mariage ne seront dévoilées que vers la fin de sa vie – détails biographiques sur lesquels O’Brian refusa toujours de s’exprimer ouvertement. 

[2]                     Lire la série – dix romans – consacrée au capitaine Hornblower, officier de la Royal Navydurant les guerres napoléoniennes. A donné à l’écran le formidable Capitaine sans peur(Captain Horatio Hornblower, 1951), l’un des grands films maritimes de Raoul Walsh, avec Gregory Peck dans le rôle-titre. 

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Peter Weir

Année

2003

Titre original

Master & Commander : The Far Side of the World

Durée

138 minutes

Date Sortie française

Mercredi 31 décembre 2003

Auteur(s) / Scénario

Peter Weir, John Collee

Format de diffusion

Blu Ray

Détails

Interprètes

Avec Russell Crowe(le capitaine Jack Aubrey), Paul Bettany(le docteur Stephen Maturin), James D'Arcy(le lieutenant Thomas Pullings), Edward Woodall(le sous-lieutenant William Mowett), Chris Larkin(le capitaine Howard, des Royal Marines)…

D'après

D'après les romans de Patrick O'Brian

Direction photographie

Russell Boyd

Montage

Lee Smith

Couleur

Couleur

Distributeur

Swank Films / Universal

Musique

Iva Davies, Christopher Gordon, Richard Tognetti

Son

Tim Gomillion

Producteur(trice)

Samuel Goldwyn Jr., Duncan Henderson, Peter Weir

Pays

Etats-Unis

Critiques

Master and Commander

  • Vendredi 24 novembre 2017 - 15 h 00

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne