L'Histoire d'Adèle H.

"L'Histoire d'Adèle H." de François Truffaut

L'Histoire d'Adèle H.

François Truffaut

1975

80 min.

VF

Bande annonce

1863. Sous un faux nom, Adèle, fille cadette de Victor Hugo, poursuit jusqu'à Halifax le lieutenant Pinson, qui a rejoint au Canada un régiment de hussards. Mais ce dernier, indifférent, humilié peut-être par le refus des Hugo de le voir entrer dans leur famille, repousse les avances de la jeune femme…

 

Une histoire d’exil, d’errance, de folie et de mort. Tel est le destin d’Adèle, fille cadette de Victor Hugo, disparue dans l’indifférence générale à l’âge de 85 ans, en 1915, après avoir passé les 43 dernières années de sa vie dans un asile.

Tout commence avec l’exil de Victor Hugo à Jersey (1852) après le coup d’État du 2 décembre 1851. La vie n’est guère réjouissante pour Adèle, 25 ans, talentueuse pianiste et dessinatrice, mais sujette à la dépression. Par ailleurs, le souvenir de sa sœur Léopoldine, qui s’est noyée en 1843, pèse toujours sur la maisonnée. Adèle est tombée amoureuse d’un officier britannique, le lieutenant Albert Pinson, qui fréquente la maison des Hugo en 1854. Elle veut à tout prix l’épouser, bien qu’il détrompe rapidement ses espoirs. La jeune femme rumine pendant des années cette passion non payée de retour. Alors que Pinson a été muté à Halifax (Canada) avec son régiment, elle fausse compagnie aux siens pour le retrouver. Sur place elle tente sans succès de le convaincre de l’épouser et le poursuit de ses assiduités. La connexion d’Adèle avec le réel se distend. Elle se fait appeler Mme Pinson, cède peu à peu à l’égarement. Lorsque Pinson est à nouveau muté, cette fois à la Barbade, elle le suit. C’est désormais une femme dans une piteuse condition, qui est finalement recueillie par une certaine Mme Baa – la même qui des années après, en 1872, alors qu’Adèle Hugo mère est déjà morte (en 1868), la raccompagne en France où elle retrouve son père. Celui-ci la fait bientôt interner ; elle ne le reverra quasiment plus.

D’Adèle H. à Isabelle A. Significativement, François Truffaut a choisi d’éclipser le patronyme de son héroïne, n’en conservant que l’initiale. Selon Anne Gillain[1], « Adèle court après le fantôme d'un père auquel elle a retiré toute réalité pour ne conserver que le trait qui l'a détruite : l'absence d'amour. En lui préférant sa sœur, Victor Hugo a aliéné l'identité de sa fille cadette. Si le titre du film occulte son patronyme, ce n'est pas tant pour laisser planer un mystère sur l'identité d'Adèle, que pour refléter ce manque fondamental d'identité. » Dans les années 70, L’Histoire d’Adèle H. forme avec Les Deux Anglaises et le Continent (1971) et La Chambre verte (1978) une sorte de trilogie de la passion destructrice et/ou mortifère au sein de trois œuvres d’époques qui se distinguent par leur travail visuel et leur emploi de la musique : ici comme dans La Chambre verte, Truffaut emploie en effet de larges extraits de l’œuvre de Maurice Jaubert, tué sur le champ de bataille en 1940.

Enfin, Adèle H. entretient une relation troublante avec Camille Claudel (talent, passion menant à la folie, interminable enfermement) : que ces deux héroïnes au parcours comparable soient à quinze ans de distance interprétés par la comédienne est presque en soi un commentaire sur sa carrière et sur l’audace de ses choix.

 

[1]           Auteure de François Truffaut, le secret perdu, éd. Hatier, coll. « Brèves Cinéma », 1991.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

François Truffaut

Année

1975

Durée

80 minutes

Date Sortie française

Jeudi 9 octobre 1975

Auteur(s) / Scénario

François Truffaut, Jean Gruault, Suzanne Schiffman

Format de diffusion

DCP

Détails

Interprètes

Isabelle Adjani (Adèle), Bruce Robinson (le lieutenant Pinson), Sylvia Marriott (la logeuse), Joseph Blatchley (Whistler), Ruben Dorey (Mr Saunders)…

D'après

D'après Le Journal d'Adèle Hugo de Frances Vernor Guille

Direction photographie

Nestor Almendros

Montage

Yann Dedet

Couleur

Couleur

Production

United Artists, Les Films du carrosse

Distributeur

Diaphana

Musique

Maurice Jaubert

Décors

Jean-Pierre Kohut-Svelko

Producteur(trice)

Marcel Bébert, Claude Miller

Pays

France

Critiques

 

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme