Les Routes de l'esclavage

routes de l'esclavage

Les Routes de l'esclavage

Episode4/4 Les nouvelles frontières de l'esclavage

Daniel Cattier

Juan Gelas

Fanny Glissant

2018

52 min.

Les Routes de l'esclavage

À l’aube du XIXe siècle, la violence extrême des négriers a provoqué la condamnation de la traite transatlantique. Désormais, l’Europe doit trouver un moyen de s’enrichir sans avoir recours à ce trafic réprouvé moralement. Dans les années qui suivent l’interdiction de la traite, les Européens vont repousser les frontières de l’esclavage…

« Au début du XIXe siècle, l’esclavage est à l’origine de la plus grande accumu- lation de richesse de l’histoire. En 1790, on ne dénombre pas moins de 100 000 captifs qui transitent chaque année à travers l’At- lantique mais, en Europe, des voix s’élèvent. À Londres, Paris et Washington, le cou- rant abolitionniste gagne du terrain. Après la révolte des esclaves à Saint-Domingue, la Grande-Bretagne abolit la traite tran- satlantique en 1807. La fin officielle de la traite n’est pas synonyme d’arrêt de l’escla- vage, bien au contraire. Pour satisfaire leur besoin de matières premières, les puissances européennes s’approvisionnent au Brésil et aux États-Unis, où règne l’économie de plantation. Et en Afrique, elles se lancent dans une nouvelle entreprise coloniale. À l’heure où la traite est enfin interdite, la déportation des captifs africains va exploser, plus importante que jamais. En 50 ans, près de 2,5 millions d’esclaves sont déportés. Dernier épisode d’une série documentaire analysant le rôle crucial et tragique de l’esclavage dans l’histoire du monde, Les Routes de l’esclavagedétaille les évolutions au XIXe siècle : des révoltes d’esclaves à l’abolition de la traite, des nouvelles routes de l’esclavage aux expansions coloniales. De nombreuses cartes viennent illustrer les déplacements de population, notamment aux États-Unis et au Brésil. Elles intègrent à la réflexion les politiques coloniales prédatrices des puissances européennes. Mêlant entretiens avec des historiens, images d’archives, animation et séquences contemporaines, cet excellent documentaire relie avec clarté les inégalités raciales, le racisme à l’héritage de l’esclavage. » – Victor Courgeon, Ciné-dossier consacré au film

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Daniel Cattier

Juan Gelas

Fanny Glissant

Année

2018

Durée

52 minutes

Détails

Couleur

Couleur et N&B

Pays

France

Critiques

Source

par Nom Journaliste

Texte.