La Vie passionnée de Vincent van Gogh

"van gogh" de Minnelli

La Vie passionnée de Vincent van Gogh

Lust for Life

Vincente Minnelli

1956

122 min.

VOST

Bande annonce

Les Pays-Bas, à la fin des années 1880. Bien qu’il ait échoué à la prêtrise, les autorités de l’Église envoient Vincent van Gogh en Belgique, dans la région du Borinage. Entré en dépression après avoir été relevé de sa charge ecclésiastique, Vincent est aidé par son frère Théo, et se passionne pour le dessin…

 

La genèse de Lust for Life est celle d’une production complexe, épuisante et troublée. Le roman d’Irving Stone était paru en 1934, mais les droits ne furent achetés par la MGM que fin 1946, lorsque plusieurs rééditions confirmèrent son statut de best-seller. Pourtant, la mise en chantier s’avère tortueuse et plusieurs réalisateurs de renom sont approchés parmi lesquels Richard Brooks ou… Jean Renoir. Mais les scénaristes qui se voient assigné[1] le projet butent sur l’arc dramatique du récit, son épine dorsale. Pour guidée qu’elle soit par les déceptions, la solitude et le désespoir, la trajectoire de van Gogh semble impossible à décrire dans le cadre d’une fiction hollywoodienne avide de posséder une direction claire, une progression rectiligne. Pressé par le temps et l’échéance prochaine des droits, la MGM se tourne alors vers Norman Corwin, auteur à succès de dramatiques pour la radio. Et le tandem Vincente Minnelli-John Houseman[2] se reforme pour l’occasion après la mise à plat de leurs contentieux.

La nature sous un ciel plus lumineux. Le film repose sur plusieurs choix subis par Minnelli – le format, notamment. À l’époque, la MGM a totalement adopté le CinemaScope au détriment du format standard en 1:37 qui semblait pourtant idéal pour l’intégration des tableaux dans le cadre. Par ailleurs Minnelli doit renoncer au chef opérateur Joseph Ruttenberg. Il réussit pourtant à s’adjoindre la collaboration de l’immense Freddie Young[3].

Lust For Life a la caractéristique d’avoir été tourné sur les lieux mêmes fréquentés ou habités par van Gogh et de nombreux décors du film ne font pas « hollywoodien » du tout – et pour cause. Le Borinage et ses mines est l’un des multiples exemples de ces « espaces concrets » recherchés par Minnelli et qui donnent au film une ambiance unique. Alors que des équipes arpentent pendant des mois les musées d’Europe et les collections privées, Minnelli tourne les scènes dans l’ordre inverse du récit durant toute la seconde moitié de l’année 1955.

Malgré un accueil public décevant, Lust For Life reflète non seulement la quête d’absolu de van Gogh, mais aussi les conflits esthétiques, souvent féroces, inhérents à l’époque, ceux des galleristes comme ceux des peintres eux-mêmes, : Seurat, Gauguin, Cézanne (« Le roi des invendus ») ou Manet. Pour le spectateur, le trouble naît souvent de l’identification soudaine d’espaces et de couleurs captés par la peinture de van Gogh et dont le décor « réel » s’impose soudain à nous, parfois comme en surimpression des toiles elles-mêmes.

 

[1]           Parmi ceux-ci Robert Ardrey, scénariste habile de Madame Bovary du même Minnelli (1949) et plus tard de Khartoum de Basil Dearden.

[2]           Producteur du récent La Toile d’araignée (1954), sur lequel les dissenssions avec le cinéaste avaient été très vives.

[3]           Collaborateur régulier de David Lean, Young remportera trois Oscar pour Lawrence d’Arabie, Docteur Jivago et La Fille de Ryan. Young est fréquemment considéré comme l’un des 10 chefs opérateurs les plus influents de l’histoire du cinéma.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Vincente Minnelli

Année

1956

Titre original

Lust for Life

Durée

122 minutes

Date Sortie française

Mercredi 23 janvier 1957

Auteur(s) / Scénario

Norman Corwin

Format de diffusion

DCP

Détails

Interprètes

Avec Kirk Douglas (Vincent van Gogh), Anthony Quinn (Paul Gauguin), James Donald (Theo van Gogh), Pamela Brown (Christine), Everett Sloane (le Dr. Gachet)…

D'après

D'après Irving Stone

Direction photographie

Russell Harlan, Freddie Young

Montage

Adrienne Fazan

Couleur

Couleur

Production

MGM

Distributeur

Warner Bros.

Musique

Miklós Rózsa

Son

Wesley C. Miller

Costumes

Walter Plunkett

Décors

F. Keogh Gleason, Edwin B. Willis

Producteur(trice)

John Houseman, Jud Kinberg

Pays

USA

Critiques

 

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme