La Cacophonie du Donbass

La Cacophonie du Donbass

La Cacophonie du Donbass

Igor Minaev

2017

62 min.

VOSTF

La guerre à l’Est de l’Ukraine a fait parler de la région du Donbass, autrefois très connue, surtout grâce au film La Symphonie du Donbass de Dziga Vertov. Ce film a posé la première pierre dans la construction d’un mythe de mineurs héroïques. C’est l'histoire d’une déchéance et d’un siècle de propagande forcenée, où la Symphonie du Donbass se transforme en Cacophonie.

"La Symphonie du Donbass était un film de propagande destiné à attirer la main d’œuvre dans le bassin minier du Donbass. Mais Dziga Vertov qui était un grand réalisateur passionné par les questions formelles, se souciait peu de la réalité. Son film sacralise le travail, il s'agit d'une épopée où le mineur soviétique est un demi-dieu. Avec le temps, ce monde là a disparu, les mineurs ont fait grève, ils se sont battus pour leurs droits, ils ont paralysé le pays, et le Donbass s’est retrouvé dans un conflit armé. C’est là où la symphonie devient discordante et où elle se transforme en cacophonie.

Les films d’archives, les documentaires ou les films d’actualité de cette époque étaient entièrement mis en scène en vue de présenter la vie des mineurs sous le jour le plus enviable et de l’embellir. La censure n’autorisait pas la représentation de la vraie vie et les archives nous présentent une réalité parallèle, complètement artificielle.

En 1989, au moment de la Perestroïka, pour la première fois, la censure disparaît. La réalité saute aux yeux de tout le monde, la vraie vie des mineurs, avec leurs difficultés, leur misère matérielle, leur détresse que tout le monde ignorait, est apparue au grand jour. Les mineurs sont passés du statut de héros à celui de simples mortels, exposés aux coups de grisou jamais relatés dans la presse soviétique et vivant dans des conditions matérielles déplorables.

À partir des années 1990, le communisme cède la place au capitalisme le plus sauvage, à la recherche du profit pour un petit nombre et à celle de la survie pour la plupart. L’argent a gagné. La population du Donbass a toujours été très hétéroclite. Il y avait des Ukrainiens, des Russes, des Ouzbeks, de la main-d’œuvre venue de tout le pays. Malgré cette diversité, il n’y avait pas de conflit ethnique. En 1991, l’Ukraine devient un État indépendant et la Russie joue sur la différence nationale pour mieux diviser. Les voisins d’hier sont devenus des ennemis".
- Extraits d'une interview d'Igor Minaev

Biographie du réalisateur(rice)

Igor Minaev

Igor Minaev

Réalisateur, scénariste, acteur et producteur, Igor Minaev est né en URSS en 1954 à Kharkov. Après des études à l’Institut National de Théâtre et de Cinéma de Kiev, il commence sa carrière de metteur en scène à Odessa, à l’époque de la Perestroïka, dont il incarne parfaitement l’esprit par deux longs métrages, Mars froid (1988) et Rez-de-chaussée (1990), tous deux sélectionnés à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs. Depuis la fin des années 1980, il vit et travaille en France où il réalise L’Inondation (1993), interprété par Isabelle Huppert et produit par Daniel Toscan du Plantier, puis Les Clairières de lune (2002), Loin de Sunset Boulevard (2006) et La Robe bleue (2016), sélectionné à la Berlinale.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Igor Minaev

Année

2017

Durée

62 minutes

Auteur(s) / Scénario

Igor Minaev

Format de diffusion

DCP

Thématiques abordées par le film
Histoire
Détails

Direction photographie

Volodimir Palilik

Couleur

Couleur et N&B

Production

Trempel Films, Iurii Leuta

Distributeur

Zelig Films Distribution

Son

Oleh Kulchytskyi

Pays

Ukraine France

Avec le soutien de

 la Ukranian State Film Agency

Critiques

La Cacophonie du Donbass

  • Mardi 20 novembre 2018 - 21 h 15

  • Cinéma Jean-Eustache
  • En présence de Igor Minaev

Réserver en ligne

Le programme du Festival 2019

Tout le programme du Festival 2019

Télécharger le programme