Le tragique destin d'une reine d'Écosse et de France : Marie Stuart (1542-1587)

Stuart

Le tragique destin d'une reine d'Écosse et de France : Marie Stuart (1542-1587)

Café historique

60 min.

Son destin pourrait à bien des égards se réduire aux péripéties d'un roman de gare parmi les têtes couronnées : reine d'Écosse à quelques mois seulement à la mort de son père Jacques V d'Écosse, reine de France en 1559 en tant qu'épouse du jeune François II, veuve en décembre 1560, contrainte de regagner son royaume d'Écosse dans l'été 1561, confrontée à la diffusion de la Réforme protestante et à l'inflexibilité du réformateur John Knox, Marie Stuart choisit de se remarier avec le baron Henri de Darnley en juillet 1565. Leur fils, le futur Jacques VI, naît en juin 1566. À partir de cette date, le destin de Marie devient tragédie : accusée d'avoir orchestré l'assassinat de Darnley pour pouvoir épouser, en mai 1567, le comte de Bothwell, elle est perdue de réputation et détestée de ses sujets alors que la guerre des clans de la noblesse fait rage dans son royaume. Contrainte d'abdiquer en faveur de son fils, elle se réfugie en Angleterre où règne sans partage sa cousine la reine Élisabeth. De château en château où elle est détenue prisonnière, Marie succombe au charme des complots ourdis contre la reine d'Angleterre, considérée par ses adversaires comme la bâtarde d'Henry VIII et d'Anne Boleyn. Le procès de Marie Stuart, tenu au château de Fotheringay en octobre 1586, se termine par sa condamnation à mort. Elle est décapitée le 8 février 1587. L'émotion est si grande dans l'Europe catholique qu'il faut se rendre à l'évidence : le destin de la reine d'Écosse occupe une place importante dans la grande histoire. La conférence se fonde sur cette réalité qui dépasse les péripéties tumultueuses d'une grande amoureuse.

 

Avec

Anne-Marie Cocula

Anne-Marie Cocula

Agrégée d’histoire, présidente du Centre François Mauriac de Malagar et ancienne présidente de l’Université Bordeaux Montaigne. Ses travaux ont principalement porté sur l’époque des guerres de religion, sur les institutions de Bordeaux et de Guyenne à l’époque de Montaigne et de La Boétie, et sur l’histoire de la Dordogne et du Périgord auxquels elle a consacré de nombreux ouvrages dont L’Estuaire de la Gironde : histoire d’une rivière au long cours ; Histoire de Bordeaux (éd. Le Pérégrinateur, 2010) ; Étienne de La Boétie (Éd. Sud Ouest, 1995) ; Bergerac : histoire en images ; Montaigne aux champs et le beau livre Périgord. Elle est intervenue à de nombreuses reprises à l’université populaire d’Histoire de Pessac.

 

 

Le programme 2017

Tout le programme du festival 2017 en PDF

Télécharger le programme

Marie Stuart