L’avenir perdu d’une vieille dame ?
Une salle des débats remplie, samedi soir lors du duel attendu, dans une ambiance électrique, entre Jacques Marseille, professeur d’Histoire à la Sorbonne et Alain Rousset, Président du conseil régional d’Aquitaine sur le thème : l’Europe a-t-elle un avenir ?


Illustration : URBS

« Olé ! » Début de la « corrida » : 18h. Dès le départ, Jacques Marseille, fidèle à sa réputation, provoque l’auditoire et, tel un « picador », lance des chiffres à n’en plus finir (comme l’illustre, avec humour, Urbs en direct dans la salle) et des banderilles : « L’Europe ne sera qu’un hospice pour personnes âgées ! L’Italie un vaste cimetière ! » La salle rugit, certains même, abandonnent le combat en s’en allant.

 

 

Pour Jacques Marseille la construction d’une Europe politique est une utopie : « Je n’y crois pas ! » La France pour lui : « a des atouts considérables autant qu’elle les joue sans l’Europe, comme l’a fait l’Angleterre».

La vision britannique le gagne -t-elle ? Selon l’historien, la Grande Bretagne est le modèle, et l’Europe une simple zone de libre échange. Sa réponse finale à la question du débat est l’estocade: « L’Europe n’a guère d’avenir ! ». Ce n’est pas l’avis d’Alain Rousset : « Je ne crois pas à ces résultats ». Le partisan du Oui exprime le devoir de continuer à espérer en l’Europe. Il voit un avenir plus tempéré pour le vieux continent, lorsqu’on lui demande de résumer en quelques mots sa vision de l’Europe de demain, il répond : « Recherche, solidarité et amitié entre les peuples ».

Jean Labib, modérateur, avait annoncé un débat contradictoire mais les duellistes n’ont pas toujours été en total désaccord, en particulier sur les conséquences du Non et sur les causes d’un « mal-être français ».

 

A la sortie, certains spectateurs semblent perplexes. « Je suis interpellée par le pessimisme des propos de Jacques Marseille!» Il y a ceux qui ne sont pas d’accord avec l’historien.

Le public était venu chercher une réponse. Le débat opposait simplement ceux qui croient en l’Europe et ceux qui n’y croient pas.

Chloé Lopez
Pauline Banchereau
Emilie Douet
Benoît Vignaud

 



---- Elle court, elle court la rumeur…
En milieu de journée, circulait une rumeur selon laquelle le thème du prochain festival serait : Douce France ? Ou avoir 20 ans. Un thème largement défendu par Pierre-Henri Deleau qu’il a tenté d’imposer en début d’après-midi, dans l’entourage de la commission et qui a finalement été retenu. L’art du lobbying passerait-il par la rumeur ?

 

Copyright © 2005 Festival international du film d'histoire.