Prémonition fantomatique
Douze films en quatre jours, voici le rythme auquel ont dû se plier les cinq membres du jury du documentaire historique, dont deux d’entre eux ont bien voulu dévoiler leur point de vue.



Il leur a été proposé de faire partie de ce jury en raison de leurs professions en rapport avec l’image et l’histoire. En effet, certains sont scénaristes, réalisateurs, écrivains ou encore appartiennent au milieu de la télévision. L’avantage d’être membre du jury du documentaire est que « quelle que soit la qualité du film, on apprend toujours quelque chose de nouveau », affirme Louis Gardel, président du jury et scénariste-écrivain. A la différence des films qui sont romancés, et dans lesquels la part d’historicité est moindre, les documentaires ne traitent que de faits réels.

 

 

Le choix n’est pas guidé par des critères prédéfinis, mais il se fait plutôt au « feeling et dès les premières minutes » d’après le président. Seules la cohérence du film et l’originalité du scénario sont pris en compte.

« Sérieusement décontracté », c’est dans cet état d’esprit que se déroulent les délibérations selon Louis Gardel. Aucune dispute n’a éclaté, mais simplement une écoute mutuelle des différents points de vue ; bonne entente générale, sans pour autant aller jusqu’au « copinage ». Exceptée la délibération finale, qui se déroule dans la salle des commissions de la mairie, tous les endroits sont propices à la discussion : la cafétéria, ou tout simplement lors des déjeuners. Mais « cela n’a pas pour but d’influencer les autres membres du jury dans leurs décisions », qualifiant même ces apartés « d’informels ». A quelques heures de la remise des prix, les jurés sont sereins et sûrs de leur choix. Ils sont conscients de l’importance de cette compétition pour les réalisateurs. C’est pour cela que ce soir, exceptionnellement, en plus du prix décerné, ils attribueront une mention spéciale à un autre documentaire.

 

Le président confie que la décision finale du jury est prise depuis samedi soir. Samedi après-midi, il citait déjà Kizu, les fantômes de l’Unité 731 de Serge Viallet, comme susceptible de rempoter le prix. Sentiment qui se confirme ce soir, Kizu recevant une mention spéciale. C’est finalement La prise du pouvoir par Vladimir Poutine de Tania Rakhmanova qui remporte le XIème prix du documentaire historique.

Lacombe Audrey
Mauhourat Jessyca
Bats Servane
Windhorst Sophie
Alègre Camille

 

 



---- Histoires brèves 4
Du monde au débat du Monde Nouveau record d’affluence pour l’ultime débat du festival, celui du Monde : Après les « non », quelle Europe ?, animé par Eric Leboucher, journaliste au quotidien du soir. Plus de 400 personnes se sont déplacées sous le chapiteau pour écouter in vivo ou face à l’écran géant, entre autres personnalités, Nicole Fontaine, l’ancienne présidente du parlement européen et Susane George, la vice-présidente d’ATTAC.

 

Copyright © 2005 Festival international du film d'histoire.