Le soldat inconnu vivant
Évoquée à plusieurs reprises au cinéma, l’amnésie des soldats provoquée par la Première Guerre Mondiale est le sujet du Soldat Inconnu Vivant. Mélangeant fiction et réalisme, Joël Calmettes nous offre un documentaire émouvant sur un poilu amnésique.

Issu de l’ouvrage de l’historien Jean-Yves Le Naour, Le Soldat Inconnu Vivant raconte la vie d’un soldat amnésique, au destin dramatique.

Le 1er février 1918, un prisonnier rapatrié d’Allemagne, qui dit s’appeler Anthelme Mangin, est reclus à l’hôpital de Rodez. Une voix off narre l’histoire de cet homme, amnésique comme beaucoup d’autre soldats, traumatisé par la Grande guerre. Des familles voient en cet homme un frère, un mari, un fils, et tentent de se l’approprier, jusqu’au jour où Joseph Monjoin pense retrouver en lui son frère disparu pendant la guerre.

 

Après des années de procédure, un jugement au tribunal de Rodez est rendu en 1937 : le résultat est formel, ce soldat inconnu vivant est bien Octave Monjoin.

Mais malheureusement sa famille décède trois semaines après l’avoir recueilli. Il séjourne à l’hôpital Sainte Anne où il meurt de faim le 10 septembre 1942. Il repose au cimetière de Saint Maur auprès de son frère et de son père.

Dans ce film, les archives de guerre sont associées à une mise en scène de l’histoire d’Anthelme Mangin, filmée telle qu’elle aurait pu l’être à l’époque. Une voix off omniprésente s’adresse à lui, le vouvoie en lui racontant sa vie et son passé oubliés, il n’y a aucun dialogue pour rester le plus fidèle possible à la réalité.

Par la violence de la guerre, des soldats ont perdu la mémoire, et ils ne savent plus qui ils sont, ce qu’ils sont… Le regard vide, la tête dans une réalité différente, Anthelme Mangin est le seul poilu amnésique qui ne retrouve ses parents qu’une vingtaine d’années après son retour du front, par décision de justice. Ironie du sort : trois semaines après, son frère et son père meurent.

 

 

Le cas de ce poilu inconnu vivant a d’abord suscité nombre d’articles dans la presse, avant de tomber dans l’oubli. De nombreuses familles ont vu en lui un être cher perdu, il devient littéralement l’objet de leur désir, il ne contrôle plus son destin.

La médecine s’intéresse aussi à son cas : pour lui faire recouvrer la mémoire, on réalise sur lui des expériences violentes. Anthelme Mangin n’a pas eu de vie…

Celui qui a tout oublié est une page blanche sur laquelle les autres peuvent réécrire leur histoire et trouver une solution à leur propre tragédie. Anthelme n’a plus de passé, on cherche à lui en donner un. Anthelme ne s’exprime pas, il agit comme on lui demande et subit la vie .

Le Soldat Inconnu Vivant est une réflexion sur la mémoire et comment la perpétuer. Mais cette oeuvre provoque avant tout une émotion particulièrement forte, on s’aperçoit que l’Homme peut être impuissant face à son existence.

Claire Guillaume - Alice Moisset - Delphine Serra - Justine Lafond

 



Nouveau Festival : nouvelle équipe de Festizine! Cette année, les horizons se sont élargis ! Le groupe est en effet composé de seize élèves des lycées du Sud-Médoc ( Le Taillan) et de Pessac ( Pape Clément ). Nous sommes là pour vous faire partager nos rencontres avec les festivaliers avec quatre rubriques très différentes qui seront multipliées par quatre (le nombre de mise en ligne) ! Nous relevons le défi de jouer les journalistes d’un week-end. Revenez-nous voir souvent sur le web !

Sophie HULOT

 

 

Copyright © 2004 Festival international du film d'histoire.