Eté 44
Hier à 10h30 le documentaire de Patrick Rotman : « Eté 44 » en compétition pour le prix du documentaire historique a été projeté dans le cinéma Jean Eustache. Nous étions au rendez-vous et nous vous en donnons ici un petit aperçu.

« Été 44 », un documentaire de Patrick Rotman, qui nous présente la France à sa libération.

Printemps 44, les Allemands sont encore là, le pays est toujours dirigé par le Maréchal Pétain et Laval, qui collaborent ouvertement avec l’occupant. La musique entraînante s’arrête pour présenter l’image d’une France souffrante et en proie aux multiples disettes.
Les maquisards, malgré les difficultés, continuent de combattre l’ennemi.

 

 

6 Juin, c’est le débarquement des Alliés en Normandie. Des moyens techniques et humains sont massivement déployés. S’en suit la libération de Paris, puis la liesse générale. La République est de retour grâce au général De Gaulle.

Mais à cette courte partie succède l’épuration. Les françaises soupçonnées d’avoir eu des relations amoureuses avec les allemands sont rasées et maltraitées. Les collaborateurs sont parfois lynchés ou sommairement exécutés.

Ces scènes d’une rare violence contrastent énormément avec les précédentes.

La reconstruction du pays s’engage dans ce climat. Tout est à rebâtir : L’État, la Justice et l’économie.

Dans la forme, le spectateur non averti se perd un peu dans les retours en arrière.

La musique joue un rôle prépondérant : Musiques d’époque, chants patriotiques et créations s’y côtoient.

Les images en noir et blanc alternent avec les images en couleurs, technique nouvelle à l’époque.

Les commentaires en « voix-off » apportent un complément essentiel à la compréhension des images. Les sources sont variées, ce qui explique la diversité des documents qui sont peu communs.

La sensibilité du spectateur n’est pas ménagée, et renforce l’impression d’affrontement entre deux sentiments : la joie de la victoire et le malaise face à certaines violences de l’épuration.

A la sortie de la salle, l’émotion patriotique cohabite avec un malaise dû aux images de l’épuration. On a l’impression que la fête est gâchée. Mais peut-être cela répond-il à l’intention de l’auteur ?

Camille Mano - Laetitia Judas - Mari Grange - Sophie Hulot - Jonathan Jato.


 



Nouveau Festival : nouvelle équipe de Festizine! Cette année, les horizons se sont élargis ! Le groupe est en effet composé de seize élèves des lycées du Sud-Médoc ( Le Taillan) et de Pessac ( Pape Clément ). Nous sommes là pour vous faire partager nos rencontres avec les festivaliers avec quatre rubriques très différentes qui seront multipliées par quatre (le nombre de mise en ligne) ! Nous relevons le défi de jouer les journalistes d’un week-end. Revenez-nous voir souvent sur le web !

Sophie HULOT

 

 

Copyright © 2004 Festival international du film d'histoire.