Stavisky

Stavisky

Stavisky

Alain Resnais

1974

115 min.

VF

Serge-Alexandre Stavisky, homme d’affaires, séducteur et escroc de haut-vol, régna sur un empire financier. Ce film est son portrait, entre le 23 juillet 1933, où il évoluait encore dans les ors du Casino de Biarritz, et le mois de janvier 1934, date à laquelle Stavisly fut « suicidé » près des neiges de Chamonix…

 

Le rapport entre le fondateur de I’Armée rouge et celui de la Caisse autonome des grands travaux et règlements internationaux ? Trotsky (exilé en France en 1933) et Stavisky avaient pour seul lien de concentrer sur leurs personnes les rêves, les craintes et les folies d’une époque. Resnais et Semprun les ont associés en participants parallèles d’une évocation des années 1930. Présenté au Festival de Cannes 1974, Stavisky partagea la presse et une majorité se dégagea pour critiquer le parti pris des auteurs : on leur reprocha d’avoir préféré le portrait à l’enquête, privilégié le style plutôt que l’Histoire et rendu sympathique un escroc qui avait mis la Troisième République au bord de l’explosion… Jugement conforté par le tribunal de Grasse le 22 mai 1974, qui débouta Claude Stavisky, fils d’Alexandre, de son action en diffamation au motif que le film était « une véritable réhabilitation de l’individu, qu’il rend sympathique ».
Sept mois après le premier choc pétrolier d’octobre 1973, le contexte n’était peut-être pas propice à la poétisation d’un escroc flamboyant. Alain Resnais et son scénariste avaient pourtant pris soin de se dédouaner dans de nombreuses interviews. Resnais : « Ce ne sera pas un film politique, encore moins une œuvre à scandale ou à révélations… On n’apprendra rien qui n’ait été mille fois écrit sur le sujet. Ce qui nous intéresse, c’est la légende… » (Le Nouvel Observateur, 10 septembre 1973) ; Semprun : « Dans La Guerre est finie, nous avions essayé de faire le portrait d’un militant. Dans Stavisky, nous essayons de faire le portrait de son contraire, l’aventurier. » (France-Soir, 26 avril 1974). Le personnage joué par Belmondo a du panache, peu de sens moral, des fêlures et quelques obsessions : voir toujours grand, ne jamais retourner en prison, échapper au remords (le suicide de son père). Sa ligne de conduite : « La seule façon d’attirer l’argent, c’est de le montrer ». Sympathique ? Un joueur qui feint de vivre dans une bulle hors du temps. Le néophyte ne comprendra pas grand-chose aux quelques dialogues techniques sur les bons de Bayonne et se sentira très proche du baron quand il dit « les créances hongroises sont un mystère pour moi ». L’objet du film n’est pas de nous montrer comment s’est construit l’empire du théâtral Alexandre mais d’accompagner la chute de l’empereur. Une chute métaphoriquement présente dès sa première apparition à l’écran, quand un panoramique vertical longe la façade du Claridge, depuis le toit, puis assiste à la descente de la cage d’ascenseur emprunté par Stavisky. Arlette est définie selon un mouvement exactement inverse (ou perpendiculaire, les deux formant une croix) : un travelling horizontal sur la façade de l’hôtel du Palais et les innombrables pièces de la suite qu’elle occupe. Si le film élève un monument à un escroc, il est funéraire…

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Alain Resnais

Année

1974

Durée

115 minutes

Date Sortie française

Mercredi 15 mai 1974

Auteur(s) / Scénario

Jorge Semprun

Format de diffusion

DCP

Thématiques abordées par le film
Entre-deux-guerres
Détails

Interprètes

Avec Jean-Paul Belmondo (Serge-Alexandre Stavisky), Charles Boyer (le Baron Raoul), François Périer (Albert BoreIli), Anny Dupérey (Arlette), Michael Lonsdale (le Dr. Mézy)…

Direction photographie

Sacha Vierny

Montage

Albert Jurgenson

Couleur

Couleur

Production

Alexandre Mnouchkine, Georges Dancigers

Distributeur

Tamasa

Musique

Stephen Sondheim

Son

Bernard Bats, Jean-Pierre Ruh

Pays

France-Italie

Critiques

 

Stavisky

  • Jeudi 22 novembre 2018 - 20 h 50

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Stavisky

  • Dimanche 25 novembre 2018 - 18 h 10

  • Cinéma Jean Eustache
Réserver en ligne

Patience... le programme complet de la 34e édition sera dévoilé en octobre !

Le programme du Festival 2024... prochainement !

Télécharger le programme