Israël, merci Moscou

Israël, merci Moscou

Israël, merci Moscou

Philippe Saada

2022

52 min.

VF

La postérité considère la création de l’État d’Israël comme la conséquence directe de la Shoah. Pourtant, sa naissance résulte prosaïquement du jeu cynique des grandes puissances d’après-guerre, et surtout du désir de l’URSS d’affirmer sa présence au Moyen-Orient.

À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, parmi les mille et un problèmes que les Alliés vainqueurs doivent résoudre, celui du destin des Juifs ayant survécu à l’Holocauste se pose avec acuité. Entassés dans les camps de personnes déplacées disséminés en Allemagne, près de 70 000 rescapés refusent de retourner dans leur pays d’origine et sont en quête d’une terre d’asile pour refaire leur vie. Devant l’opinion mondiale, David Ben Gourion réclame que les survivants puissent librement émigrer en Terre Promise, mais rencontre l’opposition farouche de la puissance anglaise qui gouverne alors le territoire palestinien, soucieuse de préserver ses intérêts dans la région et de se concilier l’amitié des pays arabes. Une posture qui indispose peu à peu les Américains qui supportent quasiment seuls le poids de la gestion des personnes déplacées. Moscou entre alors dans la partie pour mettre de l’huile sur le feu. Contre toute attente, bien qu’ayant persécuté depuis toujours les sionistes de son pays, Staline favorise le projet de Ben Gourion, ambitionnant secrètement d’expulser l’Angleterre de son bastion du Moyen-Orient pour y prendre sa place. Forte de son influence sur les pays frères, l'URSS pèse d’un poids considérable sur le vote qui partage la Palestine en deux États indépendants, l’un juif et l’autre arabe. Elle apporte plus tard une aide décisive à Israël dans la guerre qui l'oppose aux pays arabes, lui permettant de triompher sur ses assaillants et d’assurer son indépendance dans un territoire en grande partie débarrassée de sa composante arabe, dont Moscou toujours fidèle, s’opposera au retour.

Biographie du réalisateur(rice)

Philippe Saada

Philippe Saada

Né en 1967, Philippe Saada a écrit et a réalisé de nombreux documentaires consacrés à des films de répertoire ou à des portraits de cinéastes comme Joseph Losey ou Erich Von Stroheim. Passionné d’histoire et notamment des thématiques historiques liées à la Seconde Guerre mondiale, il a notamment signé Mao, le père indigne de la Chine Moderne (2018) et Juger Pétain (2015).

Parmi ses autres réalisations documentaires :

2020 : Congrès de Tours 1920-2020

2020 : La Neutralité suisse, l'art de la prospérité - Sélection Prix du Documentaire historique, Pessac juin-juillet 2021

2018 : ONU : la grande bataille de De Gaulle

2018 : 1958, ceux qui ont dit non

2016 : Nansen, un passeport pour les apatrides

2012 : Drancy, 1941-1944. Un camp aux portes de Paris

2009 : La RKO, une aventure hollywoodienne

2009 : Le Dernier complot de Joseph Staline - Sélection Prix du Documentaire historique, Pessac 2009

2008 : Von, un portrait d'Erich Von Stroheim

2006 : Joe le magnifique

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Philippe Saada

Année

2022

Durée

52 minutes

Auteur(s) / Scénario

Paul Le Grouyer et Philippe Saada - Directeur éditorial Olivier Wieviorka - Directeur artistique David Korn-Brzoza - Conseiller historique Denis Charbit - Documentaliste Alix Foucault

Détails

Montage

Paul Le Grouyer et Liza Ignazi

Couleur

Couleur et N&B

Production

Cinétévé - Fabienne Servan Schreiber et Lucie Pastor

Coproduction

ARTE France

Son

Frédéric Commault

Pays

France

Avec le soutien de

la Procirep - Société des Producteurs et de l'ANGOA - Avec la participation de LCP-Assemblée nationale, RTBF, FOXTEL, VIASAT, du Centre National du Cinéma et de l'Image animée

Critiques

Israël, merci Moscou

  • Jeudi 17 novembre 2022 - 14 h 30

  • Cinéma Jean-Eustache
  • En présence dePhilippe Saada

Réserver en ligne

Patience... le programme complet de la 34e édition sera dévoilé en octobre !

Le programme du Festival 2024... prochainement !

Télécharger le programme