Annie Colère

Annie Colère

Annie Colère

Blandine Lenoir

2022

118 min.

VO

Février 1974. Parce qu’elle se retrouve enceinte accidentellement, Annie, ouvrière et mère de deux enfants, rencontre le MLAC – Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception qui pratique les avortements illégaux aux yeux de tous.

- Festival du film francophone d'Angoulême 2022 - En compétition - 
- Festival international du film de Locarno 2022 - Sélection Piazza Grande -

Dans les années 70, les principales méthodes de contraception restent le retrait et Ogino (période d’abstinence sexuelle pendant la période de fécondité de la femme) ; des centaines de femmes meurent chaque année des suites d’avortements clandestins. Indigné·es, des médecins militant·es et des féministes fondent en 1973 le MLAC, qui réclame la diffusion d’une information sexuelle, la liberté de la contraception et de l’avortement. Ils et elles font le choix de la désobéissance civile de masse, en bafouant ouvertement la loi. Ainsi pendant près de 18 mois dans de nombreuses villes de France, leurs bénévoles pratiquent des avortements grâce à la méthode Karman. Cette méthode consiste à aspirer le contenu de l’utérus à l’aide d’une canule : c’est indolore, peu coûteux, très simple à appliquer et à enseigner. L’association organise aussi des voyages pour avorter à l’étranger pour celles qui ont dépassé 8 semaines de grossesse. Face à l’ampleur du mouvement, le gouvernement n’a d’autre choix que de faire voter la loi pour la légalisation de l’avortement en 1975.

« Le MLAC a contribué de manière décisive au changement de la loi sur l’avortement, mais il a été invisibilisé. On apprend le roman national avec les « grands hommes », en l’occurrence ici une « grande femme » : tout le monde connait le combat héroïque de Simone Veil, mais on a oublié les militant·e·s qui ont poussé Giscard d’Estaing à modifier la loi. Le MLAC est d’autant moins connu qu’il n’a duré que 18 mois. Mais cette lutte est passionnante, car fondamentale dans le changement de la société.

L’histoire des mouvements sociaux est globalement peu racontée, mais encore plus quand ils concernent les droits des femmes. Des femmes qui luttent ensemble, ce sont des images que j’ai rarement vues au cinéma ; je n’avais que rarement vu aussi des femmes bienveillantes entre elles… Le récit historique est un rapport de force, il y a un récit manquant, un récit à renouveler. L’histoire du MLAC fait partie de l’histoire politique de la France. Avec ce film, je veux rendre grâce à ces femmes qui ont lutté pour notre liberté, qu’on se souvienne que les lois s’arrachent de haute lutte ! Je voudrais que le MLAC fasse partie de la mémoire collective. […] J’ai eu envie de fabriquer les images manquantes pour raconter le fonctionnement du mouvement, toute l’histoire.»

- Entretien avec Blandine Lenoir, extrait.

Fiche du film

Réalisateurs(trices)

Blandine Lenoir

Année

2022

Durée

118 minutes

Date Sortie française

Mercredi 30 novembre 2022

Auteur(s) / Scénario

Blandine Lenoir, Axelle Ropert

Format de diffusion

DCP

Détails

Interprètes

Laure Calamy (Annie) Zita Hanrot (Hélène) India Hair (Claudine) Rosemary Standley (Monique) Damien Chapelle (Jean) Yannick Choirat (Philippe) Florence Muller (Viviane) Cédric Appietto (Richard) Lucia Sanchez (Dolorès) Pauline Serieys (Marie-Pierre) Louise Labèque (Caroline) Avec la participation de Pascale Arbillot et Eric Caravaca

Direction photographie

Céline Bozon

Montage

Stéphanie Araud

Couleur

Couleur

Coproduction

Aurora Films et Local Films, avec France 3 Cinéma

Distributeur

Diaphana Distribution

Musique

Bertrand Belin

Son

Jean-Luc Audy

Costumes

Anne Blanchard

Producteur(trice)

Nicolas Brevière, Charlotte Vincent

Pays

France

Avec le soutien de

La Région Île-de-France

Critiques

 

Annie Colère

  • Lundi 14 novembre 2022 - 20 h 30

  • Cinéma Jean Eustache
  • En présence deBlandine Lenoir

Réserver en ligne

Programme 2023

Programme 2023

Télécharger le programme